Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Formation
Festivals
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Diaporama d'Aurore Lelandais

1ère Demoiselle d'Honneur
de la Payse de France 2006

Les chansons normandes

Chanson 1 : "Venez venez de part le monde dans notre pays tout abonde, dès que s’éveillent le printemps notre Normandie vous attend"


Suivez moi, je vous emmène pour une balade colorée à travers ma province
 
Chanson 2 : «  Mon père a fait bâtir maison »


Quand on pense à la Normandie, on imagine aussitôt la chaumière, bien sûr, avec ses colombages et son toit de chaume. Mais, notre province est très diversifiée avec par exemple les maisons du Cotentin et ses maisons de schiste ou en terre et d’autres maisons dans la province


Et puis, c’est sans compter sur les nombreux châteaux comme Château gaillard, Gisors ou celui de Robert le Diable père de Guillaume le Conquérant.

Ou les somptueuses demeures et manoirs avec leurs magnifiques colombiers, signe extérieur de la richesse du propriétaire.

Enfin, les maisons du Bon Dieu

 avec les abbayes de St Wandrille
 

du Bec Hellouin

encore de la Lucerne d’Outre Mer

et des magnifiques cathédrales comme

 Rouen

Bayeux
 

ou Coutances

Chanson 3 : "Un jour dans la Prairie, j’allais me promenant"

N’est-elle pas belle la campagne normande avec ses rivières aux eaux fraîches.

Ici, nos vaches sont marrons et blanches,
et non pas noires et blanches
comme chantaient Stone et Charden
.

On dirait parfois qu’elles portent des lunettes de soleil
afin de se protéger de celui-ci
connu pour être fort dans la région

Elles sont donneuses d’un lait généreux et crémeux apporté par nos laitières.

Elles figurent souvent sur les étiquettes de nos boîtes de camembert qui, avec ses frères Pont-l’Evêque, Livarot ou Neufchâtel dont les noms proviennent de villes normandes et enchantent depuis des lustres les fins gourmets

Au printemps, les pommiers sont des bouquets de fleurs dont les fruits parfumés donneront le Bon Bère, c’est-à-dire le bon cidre de Normandie, sans oublier le pommeau, le calvados et la bénédictine

Et si vous voulez tenter votre chance sur les hippodromes de Deauville ou de Caen, pariez sur un produit de l’élevage du Haras du Pin, rejeton d’une famille chevaline de haute lignée et remarquable domaine que l’on peut visiter

Chanson 4 : "C’est la forêt normande où l’on trouve partout horizon verdoyant, prairie et grasses landes.. . "

Au temps des anciens, la Normandie n’était qu’une immense forêt, domaine des bûcherons, des charbonniers, des cacheux (chasseurs en Français).

Le loup était présent et heureusement pour nous aujourd’hui, on en trouve seulement la trace
dans les noms comme Louviers, Canteleu…

Aujourd’hui (dia 29, elle est beaucoup moins étendue
et bien paisible notre forêt,
domaine de tranquilles promeneurs
et randonneurs

Chanson 5 : "J’aime bye dans nos jours de fête, quand nos bâtieaux sont à quais, à l’abris de la tempête à Tchibourg coum au Becquet"

Les petits ports de pêche foisonnent le long
de nos 600 km de côtes dia 31.
 Le plus petit port de France se situe
dans la Manche et porte le joli nom de Port Racine
à St Germain des Vaux.

Il y a encore quelques années,
les ménagères normandes avaient le loisir 
d’aller acheter le poisson frais pêché
au large au bord du quai
auprès des chalutiers ou à la criée.

L’été, les estivants partent  des crochets en main, dénichent des tourteaux appelé « clos poings » et les étrilles, ramasser des coques, des vanneaux ou des « flies », pêcher des crevettes ou des moules  et autre langoustines et homards.

Après, rien  de meilleur qu’un bain
sur les nombreuses plages comme Trouville
où les premiers bains remontent
à 1820.

Au début du 20ème siècle, les pêcheurs  de Fécamp vivaient sur la plage auprès des caloges où ils entreposaient leur matériel  de pêche et dans des maisons troglodytes dans la falaise même.

Les temps ont bien changé depuis avec les chaluts automatiques et l’informatique au poste de pilotage.

Chanson 6 : "Sur les bancs de Terre-Neuve mon bien aimé m’attend"

Savez-vous pourquoi beaucoup de Normands ont les yeux bleus ou verts ? C’est d’avoir trop regardé la danse des vagues et rêvé à des pays lointains au-delà  de la ligne d’horizon là où nos ancêtres Vikings croyaient que la mer tombait dans un gouffre sans fin.

Ils sont  arrivés dans ces longs et fins bateaux appelés communément « drakkars ».

Ils firent de la Normandie un duché riche et prospère avec Guillaume le Conquérant qu’on appelait le bâtard avant la bataille d’Hastings en 1066 et qui devint roi d’Angleterre.

Toute l’épopée est racontée sur la tapisserie accordée à sa femme Mathilde à Bayeux longue de 70 m.

Ils (dia 43)ont découvert l’Amérique avant Christophe Colomb, conquit des royaumes en Sicile, en Ecosse…et lancé de nombreuses expéditions.

Et puis, Fécamp et Dieppe ont vu les Terre-Neuvas partir sur les bancs de Terre Neuve pêcher la morue
 

et d’autres( dia 45) doublaient le Cap Horn pour répandre sur les quais des ports toutes les senteurs de l’Amérique, de l’Afrique et des îles.

De nos jours, l’engouement pour ces coursiers des mers s’est réveillé enfin.

Il n’y a qu’à voir  l’Armada de Rouen
ou encore la Tall ship’s race à Cherbourg en juillet dernier.

La page des grands paquebots est tournée au Havre

et à Cherbourg, le plus grand port artificiel du monde en eau profonde

Mais le Havre, premier port de containers en Europe  est resté plus dynamique avec entre autres la raffinerie de pétrole de Gonfreville ou la future réalisation de port 2000.

Le lien entre la Haute et la Basse-Normandie est la silhouette aérienne  du pont de Normandie.

 

Chanson 7 : "ça c’est l’été, ça c’est l’hivé, j’aime mon pays autant que ma vie. Qui c’est fleuri, qui c’est mouilli, c’est vive le pays de Normandie"

Mais je ne peux pas quitter ma province sans vous offrir  un petit florilège  de nos splendeurs

A tout seigneur tout honneur, le Mont-Saint-Michel

bien sûr, amis Bretons, il est aussi à vous comme il est au monde entier même si le Couesnon dans sa folie…

celle ( dia 57) de Jumièges si belle dans sa robe  de ruines majestueuses,

Lisieux où les pèlerins viennent prier Ste Thérèse native d’Alençon,

le Versailles normand c’est-à-dire Valognes avec ses hôtels particuliers…

et cette côte d’Etretat, monument naturel

où Arsène Lupin se cachait dans l’aiguille creuse.

La Hague, petite sœur de l’Irlande, est déchiquetée par la mer et le vent.
 

 

Des héros, en Normandie, il y  en eu connus et anonymes comme ceux venus de très loin pour nous libérer, hélas souvent au péril de leur vie sur les plages d’Utah, d’omaha, Gold et Juno le 6 juin 1944....

....et d’autres ont sauté en parachutistes comme John Steele, para américain, qui est resté accroché sur le clocher
de Ste-Mère-Eglise.

 

 Les différents musées de Caen, Arromanches, Bayeux et les autres perpétuent leur souvenir.
Chanson 8 : "Passant pas Paris mon cousin"

Et pour conclure, c’est à Paris  que mon groupe Blaudes et Coeffes perpétue du mieux qu’il peut mais sincèrement l’héritage normand par ses danses, ses chants, ses blaudes et ses coiffes  dont les ailes de dentelle font sourire le ciel gris de Paris.
 

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Francais.