Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Formation
Festivals
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Us et Costumes N°24

Le Journal de la Fédération Nationale du folklore Français

LE COSTUME Féminin DE SAINT JEAN D'ARVES

Ce costume ne ressemble à aucun autre costume. Il provient de la vallée des Arves en Maurienne avant d'arriver au col de la Croix de Fer. C'est le costume avec St Sorlin d'Arves le plus éclatant de couleurs de toute la Savoie.
Le costume fut abandonné juste après la guerre de 1914.
 
LA ROBE
La caractéristique majeure de ce costume est la robe (queue en forme de cloche) 
 · Manches
Elles sont indépendantes. Elles sont terminées par un galon. Avant elles étaient attachées au corsage ; maintenant, cousues à la robe.
 · Corsage (Couar)
Très court, très ajusté, fermé par des crochets métalliques, décolleté en pointe devant et derrière assez largement. Il est bordé tout autour de l'encolure, de l'ouverture et des entournures du même galon que les manches.
  · Jupe
« Accordéon»
L'accordéon est formé de plis verticaux jusqu'à mi-hauteur de la jupe environ.
 
Puis des «apponsures» : séries de bandes de 3 à 4 cm de large cousues les unes aux autres dans le sens de la hauteur. Chaque bande suivante étant plus large que la précédente et de plus en plus froncée pour former les plis.
Les apponsures constituent la partie inférieure de la robe.
 
L'ensemble une fois cousu forme une vaste cloche aux bords évasés vers l'extérieur.
 
Pour garder ce « plissage permanent » et avant de coudre l'accordéon au devant de la jupe, on ramasse les plis et on les serre à l'aiguille fortement.
Maintenus très serrés entre 2 planches, trempés dans l'eau cla ire pendant 8 jours, puis séchés, ils garderont leur forme définitive.
 
Sur l'accordéon on coud une bande de drap bleu («le bord»), qui dessine les plis (à 10 ou 15 cm au-dessous de la taille).
 
La jupe se porte court (au-dessus des chevilles). Son poids est de 4kg à 7 kg.
 
LA COIFFE (BEGUINE)
Elle comporte un bonnet intérieur en drap que l'on appelle «bonnette» qui est maintenue sur la tête à l'aide d'une jugulaire serrée sous le menton, recouvert de tissu de couleur, de toile fine pour les dimanches ordinaires, de soie garnie de paillettes de broderies de couleurs pour les bonnes fêtes (mariage).
La béguine se porte très en arrière et laisse la chevelure visible presque jusqu'au milieu du crâne.
LA CEINTURE
Largeur :16cm   -  Longueur : (dépend de la fille)
Bordée par un ruban de même couleur que celui des entournures. Le fond de la ceinture est en soie brodée ou en satin, couvert de broderie de fleurs
Les chaînes (17) ont environ 20 cm de longueur.
 
Les filles portaient une ceinture pour ressembler aux filles de la Cour.
 
LE CHALE (MOUCHOIR)
Est de richesse et de couleurs très variables. De lainage ou de soie, il est terminé par des franges nouées à la main, ses 2 coins sont de motifs différents. Il se porte court.
LE TABLIER
De cotonnade ou de laine, quelque fois de soie, il descend jusqu'au bas de la jupe.
On assortit rarement le châle et le tablier. Le tablier est la partie utile, le châle la partie ornementale. On ne met jamais un tablier de soie avec un châle de laine. Dans le costume de travail, on met toujours un tablier et jamais le châle.
Couleur :
Rouge dominante pour :
fête et mariage
 
Noir :
le deuil (pendant 3 ans)
 
Bleu-violet :
le demi-deuil (pendant 2 ans)
 
 
Sans oublier les différentes fêtes religieuses où l'on devait suivre les couleurs de la liturgie.

LES BIJOUX

Le cœur à bord plat et la Croix portant le crucifix d'un côté et la Vierge et l'Enfant de l'autre sont le complément indispensable du costume des jours de fête. On dit que le garçon ferrait sa promise (c'est à dire que c'est le garçon qui offrait à sa promise le cœur.) Ils sont en argent, de grande dimension.

LE COSTUME MASCULIN DE JARRIER

Jarrier est une petite commune située dans la Vallée des Arves.
Le costume masculin n'est plus porté que par de rares Jarriens dans des circonstances exceptionnelles.
 

Il est composé d'une veste sans boutons et sans col. Elle a une fente de quarante deux centimètres derrière. De larges poches étaient garnies de pattes qui en couvraient les ouvertures. La veste est taillée en forme assez cambrée, la taille est placée très haut. Les manches sont longues et ont une fente de 4 centimètres en arrière et en bas, sur le poignet.
 
Des broderies sur les coutures des poignets et des poches ornaient parfois les vestes (elles étaient vertes et rouges à Jarrier).
La veste est en drap de laine blanche.
 
On portait sous la veste un gilet qui avait autrefois des boutons de couleur et des boutonnières rouges.
 
Le pantalon était de feutre noir. On portait aussi tous les jours un bonnet de coton noir ou rouge retombant sur l'épaule.
 
La chemise avait un col droit, pas très haut et très évasé. La forme de la chemise était la même que celle des femmes (en chanvre).
Plus tard on porta la chemise blanche à plastron avec col rabattu. Le costume était complété par une cordelette ou un foulard rouge.    
Alexia POCHAT
Groupe folklorique La Savoie

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Francais.