Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Formation
Festivals
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Us et Costumes N°24

Le Journal de la Fédération Nationale du folklore Français

LE COSTUME Féminin DE LA HAUTE-LOIRE

Comme dans toute la région, le costume s’est modifié au gré des événements et de la mode.
Au début du 19ème siècle, la robe côtoie la jupe et le casaquin. Les jupes, à mi-mollets, sont montées « à tuyaux d’orgue » sur tout le tour de la taille.
Vers 1850, les fronces ne sont plus que sur toute la largeur du dos. Le devant est plat.
Vers 1870, les « tuyaux d’orgue » sont réduits à environ 20 cm dans le milieu du dos complétés par des plis plats.
A la fin du 19ème siècle, ce montage finit par disparaître pour laisser la place à une « quille » qui maintient l’ampleur de la jupe dans le dos et ajoute une note gracieuse lors de la marche.
En plus de la forme, les couleurs ont également changé.
Au début  du 19ème siècle, les robes pouvaient être de teinte claire, voire vive. Les événements de 1870 ayant entraîné de nombreux deuils et de la misère, le noir devient prédominant.
Le costume du Puy peut se faire en une pièce (robe), deux pièces (jupe et caraco) ou faux deux-pièces.
La ligne demeure la même, dite « à la princesse », près du corps. Le buste paraît long car le corsage a une taille basse. Les manches sont 3/4 pour mettre les avant-bras en valeur.
Chaque femme ornemente à sa guise le modèle par la pose de dentelles, de jais ou encore de boutons.
Les accessoires donnent une touche finale élégante à la toilette : longues mitaines noires, bas blancs ou noirs, chaussures noires, sans oublier le chapeau presque plat garni de plumes, de jais et de dentelles posé sur une coiffe à fond brodé.
Pour illustrer ce qui précède, nous vous présentons le costume porté lors du défilé de mode « robes de mariées » du 28 septembre 2002 à Neuilly-sur-Seine.

Cette robe est en broché de couleur bordeaux et prune.
Le corsage est très ajusté. Les manches sont légèrement évasées avec une application de dentelle et de perles de jais dans le bas.
L’encolure dégagée est bordée de dentelle du Puy. Une collerette en jais garnit tout le haut du corsage.
La jupe dite « à quille » est montée toute plate à la taille. Des garnitures de dentelle et de jais agrémentent le devant et les côtés de la jupe.
Pour la cérémonie du mariage, la mariée ajoutait un petit bouquet rond de fleurs d’oranger à la taille.
Cette robe pouvait ainsi être reportée tous les jours
Le chapeau est recouvert de satin, garni de dentelles, de jais et de plumes. Une bande de tuyauté orne le bord de la coiffe
Françoise BAUJARD
Raymonde PATIENT
Les Gentianes

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Francais.