Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Formation
Festivals
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Us et Costumes N°11

 

Approvisionnement de Paris en "bois de chauffe et de four"

(Suite et fin)

 

Les articles parus dans les numéros 9 et 10 de " US ET COSTUMES " ne concernaient que les bois de moules et de cordes (bûches) et le charbon de bois.

Cependant Paris avait aussi besoin de bois plus petits pour sa consommation, bois que les Parisiens ne pouvaient pas se procurer en quantité suffisante aux alentours de la ville. Je veux parler du "menu-bois" ou "menuise" c'est-à-dire les fagots ("margotins" à Clamecy) et les "cotrets" : cotrets de bois taillis et cotrets de bois rond. Les cotrets étaient des fagots faits avec du bois plus gros et plus long que pour les fagots ordinaires.

Tout un passage de la sentence de police du 27 Ventôse an X (18 mars 1801) à laquelle je me suis déja référé (voir " Us et Costumes numero 10) est consacré à ce " menu bois ", ces fagots et cotrets. On y apprend que deux ports leurs étaient réservés à Paris, celui des "Miramiones et celui de "l'Escole".

Les "Miramiones" étaient les membres d'un ordre religieux fondé en 1661 (ordre des Filles de la Sainte Famille). Elles étaient appelées Miramiones parce qu'elles étaient logées dans l'Hôtel mis à leur disposition par la duchesse de Miramion. L'Hôtel de Miramion existe toujours au 47 quai de la Tournelle. C'est actuellement la propriété de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris qui y a installé son musée. Ceci indique l'endroit où se situait ce port.

Le port l'Ecole ou Escole (ancienne orthographe) était, quant à lui, situé sur la Seine à la hauteur de l'Eglise Saint Germain l'Auxerrois. Les alentours de cette église constituaient en effet le "quartier" de l'école.

Il est précisé qu'au port des Miramiones ne pourra être mis qu'un seul bateau à la fois, ou deux barquettes ou " thoues " tandis qu'au port de l'Ecole la limite est de trois bateaux ou quatre thoues.

Les bateaux de fagots ou de cotrets ne peuvent être mis à port qu'à leur tour. Ceux qui "arrivent du haut" prennent leur rang à leur entrée à Paris au bureau des arrivages par eau établi à la Rapée et sont garés au dessous de la barrière de l'Hôpital (il s'agit de l'hôpital de la Salpetrière).

Les propriétaires des bateaux venant du haut doivent déclarer au bureau des arrivages quel est celui des ports des Miramiones ou de l'Ecole pour lequel leurs bateaux sont destinés. Les bateaux destinés au port de l'Ecole ne peuvent y être descendus qu'autant que le port des Miramiones se trouve garni.

Il est encore précisé que "tout bateau de fagots ou de cotrets qui ne sera pas conduit à son tour au port indiqué perdra son rang d'arrivage et ne pourra être vendu qu'après tous les bateaux de fagots et cotrets alors enregistrés"

"Un bateau de fagots ou de cotrets ne peut pas rester en vente plus d'un mois"

Après ce délai, les fagots non vendus seront enlevés, transportés dans un chantier et le bateau retiré du port";

Enfin, contrairement aux bûches qui ne peuvent être vendues que sur les chantiers, les fagots et cotrets peuvent être vendus sur bateau dans les deux ports des Miramiones et de l'Ecole.


Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Francais.