Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Formation
Festivals
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Us et Costumes N°10

 

Approvisionnement de Paris en "bois de chauffe et de four" (Suite)

 

LES BOIS NEUFS

On appelle "Bois neufs" tous les bois qui n'ont pas été acheminés par flottage. Il s'agit donc de bois dont le lieu d'implantation permet un charroi par chariot à ridelles jusqu'à un port où ils sont transbordés sur des bateaux qui les emmènent ensuite à leur lieu de destination, très souvent PARIS.
Les bateaux assurant le transport des bois arrivaient à Paris soit "du haut" (de l'amont), soit "du bas" (de l'aval). Les bateaux venant du haut provenaient souvent de Clamecy. On les appelait "les Margotats", sans doute par référence à l'île Margot ou Margault (ancienne orthographe) à Clamecy.

 

 

Comme tous les bateaux naviguant sur les fleuves, les Margotats étaient des bateaux à fond plat. Ils avaient une longueur de 25 mètres et pouvaient transporter jusqu'à 20 tonnes. Ils furent en service jusqu'à leur remplacement par les péniches.

Les Margotats ont transporté jusqu'à Paris les bois de chauffage (bûches ou "bois de moule" ou "bois de corde") et des sacs de charbon de bois.

En effet, la forêt morvandelle permettait une abondante fabrication de charbon de bois. Le métier de charbonnier était très fatiguant et nécessitait la présence de l'intéressé une grande partie de l'année dans la forêt. Il y construisait sa "loge", c'est-à-dire son habitation faite de rondins, de branches d'arbres et de mottes de terre. Elle était toujours recouverte de mottes gazonnées. Le charbonnier fabriquait le charbon et le mettait en sacs de 50 kg environ que l'on appelait des "voies".

La fabrication proprement dite nécessitait la construction d'une meule sur un terrain vide de toute végétation au centre duquel le charbonnier commençait par planter un piquet. Autour du piquet, il montait horizontalement en triangle les charbonnettes pour former la cheminée. Le charbonnier installait ensuite tout autour et verticalement les charbonnettes jusqu'à atteindre le diamètre voulu de la meule et la hauteur du piquet. Il couvrait alors la meule avec de la mousse et des feuilles, le tout recouvert de terre et de mottes de gazon. Le piquet était alors retiré et la mise à feu était faite par le versement de quelques pelletés de braise dans la cheminée remplie de feuilles.

La surveillance de la cuisson était la partie la plus fatigante du travail du charbonnier car elle devait être effectuée jour et nuit. La fumée devait toujours être blanche.

La meule a diminué de moitié. Le charbonnier dégageait alors le sommet pour faciliter la combustion des gaz. Puis c'est l'arrêt du feu à coup de taloche et le refroidissement de la meule par le remplacement de la couverture de terre avec de la terre fraîche. C'est enfin le tri du charbon et sa mise en sacs de 50 kg.

Le Margotat chargé de bûches et de sacs de charbon de bois pouvait alors quitter Clamecy pour arriver à Paris.

Une sentence de police du 27 ventôse an 10 (18 mars 1801) nous fournit de précieux renseignements desquels il ressort que le bateau sera garé au dessus de Paris, c'est-à-dire en amont de la capitale et ne sera descendu qu'à son tour d'arrivage et lorsqu'il y aura une place suffisante dans les "ports ordinaires" c'est-à-dire habituellement utilisés pour le déchargement des bois.

L'article 22 de ladite sentence précise "Aucuns bois ne peuvent être vendus sur bateaux, ni être empilés, mesurés ou vendus sur la berge".

En conséquence, les bois seront "débardés" (déchargés) sur la berge et plus précisément "au bas de la berge" (article 20). Ils seront immédiatement enlevés par les marchands et conduits par eux sur leurs "chantiers".

L'article 2 stipule "les chantiers seront établis hors des anciennes limites de Paris, et autant que faire se pourra, sur des terrains peu éloignés de la Seine".

"En conséquence, il n'en sera formé que dans les cinq arrondissements ci-après désignés : le premier, dit Saint Antoine, le deuxième dit Saint Bernard, le troisième est l'île Louvier, le quatrième dit Saint Honoré, le cinquième dit de la Grenouillère, ce dernier étant limité par la Seine depuis la Barrière de la Cunette, jusqu'à l'Esplanade des Invalides ; par l'Esplanade et le boulevard à droite jusqu'à la barrière de la chaussée du Maine" (soit une grande partie du 7ème arrondissement actuel).

De plus (article 10) "il ne pourra être établi de chantiers que sur des terrains éloignés des maisons et assez étendus pour que les bois puissent y être rangés en piles séparées suivant leurs ,qualités et que la dessiccation des bois flottés (voir Us et Costumes n°9) puisse s'y faire aisément et sans danger pour le voisinage".

Les bois empilés peuvent alors être vendus par les marchands à tout acheteur qu'il soit détaillant ou simple particulier. L'un de ces particuliers fut même sanctionné pour avoir stocké du bois pendant la disette de 1785.

Tout ce qui précède ne concerne que les bois de moule ou de cordes (bûches) et le charbon de bois. Mais Paris avait besoin de bois plus petits pour sa consommation. Je veux parler du "menu-bois" ou "menuise" c'est à dire les fagots ("margotins" à Clamecy) et les "cotrets" : cotrets de bois taillé et cotrets de bois rond. Les cotrets étaient des fagots faits avec du bois plus gros et plus long que pour les fagots ordinaires.

Un titre de la sentence précitée leur est entièrement consacré. On y apprend que deux ports leurs sont réservés à Paris, celui des "Miramiones et celui de "l'Escole".

Les "Miramiones" étaient les membres d'un ordre religieux fondé en 1661 (ordre des Filles de la Sainte Famille). Elles étaient appelées Miramiones parce qu'elles étaient logées dans l'Hôtel mis à leur disposition par la duchesse de Miramion. L'Hôtel de Miramion existe toujours au 47 quai de la Tournelle. C'est actuellement la propriété de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris qui y a installé son musée. Ceci situe l'endroit où se situe le port.

Le port l'Ecole ou Escole (ancienne orthographe) était, quant à lui, situé sur la Seine à la hauteur de l'Eglise Saint Germain l'Auxerrois. Les alentours de cette église constituaient en effet le "quartier" de l'école.

Il est précisé qu'au port des Miramiones ne pourra être mis qu'un seul bateau à la fois, ou deux barquettes ou thones tandis qu'au port de l'Ecole la limite est de trois bateaux ou de quatre barquettes ou thones.

Les bateaux de fagots ou de cotrets ne peuvent être mis à port qu'à leur tour. Ceux qui "arrivent du haut" prennent leur rang à leur entrée à Paris au bureau des arrivages par eau établi à la Rapée et sont garés au dessous de la barrière de l'Hôpital (il s'agit de l'hôpital de la Salpétrière).

Les propriétaires des bateaux venant du haut doivent déclarer au bureau des arrivages quel est celui des ports des Miramiones ou de l'Ecole pour lequel leurs bateaux sont destinés. Les bateaux destinés au port de l'Ecole ne peuvent y être descendus qu'autant que le port des Miramiones se trouve garni.

Il est encore précisé que "tout bateau de fagots ou de cotrets qui ne sera pas conduit à son tour au port indiqué perdra son rang d'arrivage et ne pourra être vendu qu'après tous les bateaux de fagots et cotrets alors enregistrés"

"Un bateau de fagots ou de cotrets ne peut pas rester en vente plus d'un mois"

Après ce délai, les fagots non vendus seront enlevé, transportés dans un chantier et le bateau retiré du port";

Enfin, contrairement aux bûches qui ne peuvent être vendues que sur les chantiers, les fagots et cotrets peuvent être vendus sur bateau dans les deux ports des Miramiones et de l'Ecole.

Daniel Paulien

 

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Francais.