Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Festivals
Formation
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00

Le Folklore du Massif-Central s'expose à Shanghai
(et alentours)

par Josiane et Christian.
Octobre 2010

C'est le Massif-Central et l'Alsace qui ont été choisis par la Fédération pour représenter le folklore français dans la ville dont le nom est le plus cité au cours de cette année 2010. La représentation des tapeurs de bourrée peut être résumée par la phrase suivante :

Avec un Réveil Auvergnat (se lever très tôt), la Yoyette, accompagnée de Cabrettaïres, traverse les Gentianes pour se rendre au champ Gaille, afin d'exposer ses traditions.

Jeudi 9 septembre :

C'est donc de bonne heure, et de bonne humeur que la troupe se retrouve dans la salle d'embarquement de l'aéroport de Roissy. De bonne humeur, en effet, car l'équipe a déjà touché son salers. Nous voici donc partis pour un voyage de 9275 kilomètres et le repas servi, dans l'avion, est le bienvenu.

Vendredi 10 septembre :

C'est également dans l'aéronef que nous passons de jeudi à vendredi du fait que nous allons de l'avant avec un décalage horaire de six heures. Après douze heures de vol, nous arrivons en vue de Shanghai. Pour se remettre en forme, avant la descente, une petite séance de gymnastique est nécessaire.

A l'aéroport, nous sommes accueillis par Yaourt (nom français de notre guide chinois) que finalement nous appellerons Xavier. Arrivés à l'hôtel, un petit problème se présente ; certaines chambres ne sont pas prêtes. Les plus malchanceux poseront, provisoirement, leurs valises dans les chambres des plus veinards. Nous rejoignons le car pour nous rendre au restaurant. Ne nous demandez pas le nom de l'établissement, il est imprononçable. Après le repas, certains voudront faire du change dans les deux banques situées à proximité. Finalement la plupart se rabattra sur le D.A.B, car changer des euros relève de l'exploit. Nos hôtes, ayant pitié de nous, nous ramènent à l'hôtel car après un si long voyage, les organismes ont besoin de se régénérer.
Avant le dîner, à l'hôtel, "réunion de chantier" à la chambre 201, pour un débriefing…

Samedi 11 septembre :

Ce matin nous partons faire du shopping dans une rue piétonne, très vivante, c'est ce que nous explique Xavier, dans le car.

Après avoir goûté aux joies de la circulation, nous arrivons dans le centre ville sous un ciel menaçant. Nous faisons connaissance avec Haibao, la mascotte de l'exposition internationale.
Nous passons entre les gouttes et nous retrouvons au restaurant du midi sous une pluie battante. En plus du repas nous avons droit à un spectacle haut en couleur.
Nous rentrons à notre hébergement pour une répétition devant le hall de l'hôtel, au grand plaisir des riverains. Ce soir nous faisons la répétition générale du programme de dimanche, défilé et prestation. Celle-ci se fera en costume. Puis, au cours du repas du soir, on nous annonce que nous ne sommes pas obligés de nous costumer. Cependant, pour nous habiller, on nous affecte, dans le restaurant, une petite pièce qui sert de réserve. Tout le monde ne peut se changer en même temps, certains vont dans le car. Ce soir vous ne verrez pas de photos de folkloristes car nous sommes plutôt déguisés que costumés.
Dernier conseil de classe avant le top départ. Dans la cour se préparent les géants que les chinois appellent des poupées.
Les groupes commencent d'arriver :
Depuis l'école, nous rejoignons, en cortège, le parcours officiel du défilé. Beaucoup de monde sur le parcours et les applaudissements ne faiblissent pas. Parvenus à notre point de rendez-vous, nous sommes émerveillés par la décoration des chars, arrivés en même temps que nous, par un autre chemin. Nous sommes stationnés avec d'autres groupes de différents pays. On nous demande de poser à côté d'eux pour la photo :

Les policiers sont disposés tout le long du parcours et nous nous sentons bien gardés. C'est au pas de course que nous parcourons les quatre kilomètres (environ) avec 3 passages devant des gradins, pleins à craquer, de spectateurs enthousiastes. Nous devrons recommencer notre première danse car nous étions désaxés par rapport à la croix marquée sur le bitume. C'est avec un grand soulagement que nous retrouvons nos chambres d'hôtel. Pas besoin de se faire bercer, au revoir et à demain.

Dimanche 12 septembre :

Nous avons un peu de temps libre et nous optons pour aller faire un tour en métro, dont une station est située à quelques mètres de l'hôtel. Nous revenons au car qui nous attend pour aller déjeuner, nous nous costumerons après le repas.

Nous nous changeons dans deux petites salles jouxtant la grande. Malgré la spécialité chinoise des tables tournantes, c'est nous qui tournons autour des tables. On se débrouille comme on peut.
Nous faisons une première photo de groupe dans le hall du restaurant.
Nous remontons dans le car (et oui, encore) pour retourner à l'école. Nous sommes accueillis par l'armée qui remonte le boulevard afin de rejoindre ses positions.
Dans la cour de l'école, les mécanos s'activent sous les géants.
D'autres groupes arrivent. Il circule sur les ondes de Radio-Folklo-Shanghai que nous serions, environ, 3000 folkloristes. Nous avons même rencontré des Bretons, originaires de Guérande.
Ca y est, c'est parti pour le défilé officiel. Les groupes et les chars se mettent en place. Voici le char qui nous précède, c'est à nous !

Le char nous précède

Le char nous suit

Nous arrivons à l'emplacement de la première prestation. Oh surprise, ils ont mis de la moquette sur la route, notre croix repère a disparu, il faut improviser. D'autant plus que hier soir nous n'avions pas vu qu'un opérateur, à la sortie de la piste, montrait deux panneaux ; le premier "STOP" pour nous indiquer de nous arrêter et exécuter notre danse. Le deuxième "GO" qui nous indique de repartir rapidement. Mais devant une foule encore plus nombreuse et plus enflammée que la veille, nous réussissons notre danse.

De retour à l'hôtel, la réunion de chantier, organisée par les Corréziens proposant de nouveaux matériaux tel que ; vin de Corrèze, saucisse sèche du plateau. Convaincus d'avoir rempli une bonne journée, nous allons nous reposer, le coeur en joie et la tête pleine de souvenirs encore tous frais.

Lundi 13 septembre :

Aujourd'hui nous avons temps libre, mais ce soir spectacle.

Nous partons de bon matin visiter un magasin de thé. Nous avons droit à une démonstration sur les différentes espèces et façons d'infuser le thé, suivie d'une dégustation.
Après le repas du midi, nous retournons à l'hôtel nous préparer. Ensuite nous irons dîner avant de rejoindre le lieu du spectacle. Notre salle d'attente est le couloir du métro de la station Jing'an Temple, dans le centre ville. En attendant notre tour nous faisons une répétition. Avec les voyageurs comme spectateurs nous créons un bouchon. La police viendra nous faire signe de libérer la place. Ce soir nous passons à la télévision. Quatre écrans géants au dessus des gradins d'un théâtre de plein air diffuse le spectacle. Nous passons après les Alsaciens. Enfin nous rentrons à l'hôtel. Au cours de la réunion de chantier, les jeunes en pyjama, décident d'aller faire un tour en ville.

Dans les couloirs de l'hôtel

 

Devant la banque

 

Dans les escaliers du métro

 

Mardi 14 septembre :


Photo prise à la sortie de l'hôtel Myang, à Shanghai.

 

Nous partons à la campagne, dans la petite ville de Suzhou à environ 100 kilomètres de Shanghai. Nous sommes attendus au musée de la soie. Contrairement aux autres musées de la spécialité, nous pouvons voir un élevage de bombyx ainsi que la transformation du fil à soie.
Un bombyx perdu D'autres dans leurs cocons

Ouvrière préparant les cocons dont Leurs vies ne tiennent qu'à un fil
Bien sûr, nous ne pouvons éviter de passer par la boutique, où nous n'avons qu'une seule envie, c'est d'acheter tout le magasin.
Notre repas du midi sera pris dans un restaurant plutôt occidental, et nous partons en croisière sur les canaux, mais avant un petit remontant s'impose.
Puis, nous reprenons dans le car pour aller visiter un des plus beaux jardin privé de Chine. Le jardin "Master-of-nets" fut construit en 1140 par Shi Zhengzhi le vice-ministre de la fonction publique de la dynastie Song du sud du gouvernement. Shi Zhengzhi a été inspiré par la vie simple et solitaire d'un Chinois pêcheur représenté dans les écrits philosophiques. Ce jardin est reconnu avec d'autres classiques jardins de Suzhou comme l'UNESCO au Patrimoine mondial.

Après avoir fait quelques emplettes nous rentrons à Shanghai où nous dînerons dans le même restaurant que vendredi midi. Nous rentrons à l'hôtel, demain sera un autre jour…

Mercredi 15 septembre :

Aujourd'hui, jour important, nous sommes invités à l'expo. Après trente minutes de marche, nous arrivons au pavillon français. Horreur ! La file d'attente est interminable. Nous repartons vers d'autres pavillons quand on nous court après et on nous dit qu'avec notre passeport nous pouvons entrer. Nous nous précipitons à l'entrée spécifique, que nous franchissons sans problème. A l'intérieur du pavillon, juste un cheminement, avec sur les côtés du couloir, un mur d'images représentant principalement des vues de Paris, sans intérêt. La visite se termine par une salle remplie de bouteilles de Bordeaux (vides). Est-ce là l'image de la France ? De l'intérieur, nous pouvons apercevoir le mur végétal, belle réalisation. Nous repartons au pavillon de la Chine en empruntant la navette.
. Il est treize heures, nous entrons, comme prévu. On vient nous parquer dans des files d'attente, on dirait le marché aux bestiaux de Laissac. Trois quart d'heures d'attente avant que l'on nous libère. Nous grimpons et entrons dans le pavillon, encore trois quart d'heures de l'attente ; de la folie. Certains n'auront pas la patience, mais, pour les autres, cela valait le coup d'attendre car ce que l'on nous propose est extraordinaire, la propagande est magnifique. Au rendez-vous de dix-sept heures, il manque deux personnes à l'appel. Nous les retrouverons à l'hôtel. Ils ont fait la fermeture de l'expo et sont rentrés en taxi

Ordre du jour de la réunion de chantier :

Recrutement de personnel. Nous habillons Xavier et son épouse avec, chacun, un de nos costumes. Essai réussi, nous voici avec deux nouveaux Auvergnats "Made in China". Nous en profitons pour leur remettre quelques petits cadeaux souvenirs, en remerciement de leur dévouement. C'était le moment car demain nous partons pour Hangzhou situé à environ deux cent kilomètres de Shanghai et Xavier ne nous accompagnera pas.

Avant

 

Après

 

A la fin de la réunion, comme c'est le dernier soir à Shanghai, nous décidons d'aller en ville faire un peu de shopping et voir "The Bund" de nuit.
De ce fait nous prenons le métro, surprise de certains usagers avec qui nous engageons la conversation. Ils voudront être pris en photo avec nous.
Nous avons un peu de temps, le métro ferme à vingt trois heures.
Nous arrivons sur le quai de l'estuaire du Yang Tsé Kiang. Le Bund, tout illuminé, s'offre à nous. La ville de Shanghai est aussi belle la nuit que le jour, et même peut-être plus.

Le temps passe vite et ne nous rendons pas compte que nous avons dépassé l'heure. Telle Cendrillon, pour rentrer à la maison notre carrosse ne sera pas le métro mais le taxi, par groupe de quatre.

Jeudi 16 septembre :

Départ pour Hangzhou. Nous quittons Shanghai. Nous faisons connaissance avec notre nouveau guide. Elle nous donne l'équivalent de son prénom chinois, en français ; Whisky. Avec un prénom comme cela, elle fait, de suite, l'unanimité.

Cet après-midi, nous visitons le Temple Lingyin. Nous commençons par visiter la grotte aux 1000 Bouddhas. Nous saluons, entre autres, "MI Le Buddha", symbole de la force et de la charité. Nos pas nous entraînent, ensuite, vers les différents temples. Le premier dans lequel nous entrons a été bâti en mémoire de Yue Fei, héro national sous la dynastie des Song.
Nous rejoignons le car pour aller visiter le village du thé, situé au milieu de champs de thé. Nous avons droit à une démonstration sur la préparation, puis la dégustation de thé.

Plantation de thé

 

Feuilles de thé vert Infusion de thé vert Prêt pour la dégustation
Nous passons par le restaurant, prendre notre dîner, mais toujours pas d'hôtel. Il ne faut désespérer, tout arrive, voici que le palace promit s'offre à nous, c'est l'hôtel Braim. Après les formalités d'usage, nous prenons l'ascenseur qui nous élève au 15ème ciel (de l'hôtel, qui comporte vingt quatre étages). Nous ouvrons la porte, ce n'est pas le nirvana (1), mais presque. On nous avait promis un hôtel cinq étoiles, nous ne sommes pas déçus. Mais il faut revenir sur terre et redescendre au Rez-de-Chaussée, il a été programmé une répétition devant le hall de l'hôtel.

(1) Nivana : Etat de béatitude parfaite dans la religion hindoue. Après les bouddhas de cet après-midi, nous ne pouvons que vénérer notre religion : Le folklore.
Après la répétition, nous remontons rapidement dans notre chambre nous allons profiter des lits douillet qui nous attendent.

Vendredi 17 septembre :

Ce matin détente et cet après-midi animation folklorique. Après un copieux déjeuner, nous montons dans le car afin de nous rendre au "Lac de l'Ouest" pour une croisière. Une bonne ambiance règne dans le car, entre accordéon et chansons.

Le lac de l'ouest fait environ 15 km de circonférence, avec une profondeur moyenne de 2,27 mètres, sa capacité est de14 290 000 mètres cube d'eau. Il est entouré de montagne et par la ville, la navigation est réglementée mais la location de bateau est simple. Le dos du billet de 1 Yuan Chinois est la représentation du lac de l'ouest de Hangzhou.

Au parc, c'est la foire d'empoigne pour accéder aux bateaux, chaque guide voulant faire passer son groupe en priorité. Nous embarquons, enfin sur la pagode, pour un rapide tour du lac car nous devons vite aller déjeuner, puis nous habiller pour la représentation de cet après-midi. Arrivés au parking du restaurant, nous avons un peu de temps, aussi nous allons nous promener sur le marché artisanal où nous trouvons plein de petits marchands.
Au restaurant, on nous annonce qu'il n'y a pas de vestiaire pour se changer. Pas de soucis, nous nous changerons sur le parking où est stationné le car.
Comme d'habitude, grande surprise des badauds, y compris Aiming.
Nous faisons une prestation sur scène, avant de défiler au milieu de marché.
Merci à Whisky d'avoir pris les photos pendant que nous dansions.
C'est le moment de repartir, nous avons quelques kilomètres à faire avant d'avoir une autre surprise (dixit Aiming et Whisky). Nous devons dîner et danser après. Tant pis nous ferons le voyage en costume (environ soixante dix kilomètres). Nous sommes en pleine montagne et après avoir tournicoté quelque peu, nous arrivons à destination. Voilà la surprise. Ce soir nous couchons dans des chalets individuels à flancs de coteaux. Le dépaysement est complet.
Nous redescendons pour le dîner. Deuxième surprise ; nous sommes accueillis par une multitude de photographes qui sont là pour le spectacle de ce soir et mangent avec nous. Autre surprise, le repas est typiquement montagnard : entre autres, bambou, maïs, le reste on ne sait pas, mais c'est pour le moins, surprenant.
Nous redescendons pour le dîner. Deuxième surprise ; nous sommes accueillis par une multitude de photographes qui sont là pour le spectacle de ce soir et mangent avec nous. Autre surprise, le repas est typiquement montagnard : entre autres, bambou, maïs, le reste on ne sait pas, mais c'est pour le moins, surprenant.
Pour le spectacle de ce soir, nous alternons notre passage avec celui d'artistes locaux.

Nous finirons la soirée dans un des chalets pour l'ultime réunion de chantier. Nous devons trouver pour demain, douze jeunes pour animer un jeu qui aura lieu après une réception. Précision, tous doivent savoir nager. Nous devrons être en costume. Après réflexion, nous décidons que les jeunes seront en civil, le reste de la troupe sera costumée.

Samedi 18 septembre :

Après une courte nuit bienfaitrice, nous nous présentons au petit-déjeuner mais rien est prêt, nous sommes trop matinaux. Le menu est à l'image de celui d'hier soir, très rustique ; de la soupe de riz… Beaucoup se passeront de petit déjeuner.

Comme la météo annonce 40°C, pour la matinée, nous ne sommes plus obligés de nous costumer. Ceux qui sont entièrement habillés grognent un peu, ceux qui le sont à moitié, hésitent un peu, quand à ceux qui sont venu au déjeuner en civil (les plus malins) sont contents.

Pour la matinée, notre correspondant a disparu, nous n'aurons aucun commentaires ni de photos. Nous le retrouvons, à midi, au restaurant, il avait pris le car navette.

Là aussi nous avons droit à un repas rustique, assez surprenant pour les occidentaux.

Pour faire passer tout cela, cet après-midi nous ferons un peu d'exercice.
Les Chinois sont de grands navigateurs Pas les 3 bateaux Français Les photographes ne nous lâchent plus, leur matériel est impressionnant

Pour notre dernière nuit de Chine, nous retournons dormir à l'hôtel Braim.

Dimanche 19 septembre :

Ca y est, le départ. Nous déposons nos valises dans le hall et allons prendre le petit déjeuner. Il est 6 h 30 du matin et le restaurant n'est pas encore ouvert. Il était prévu que nous aurions un café noir et un panier à emporter. Nous avons deux cent kilomètres d'autoroute avant d'arriver à l'aéroport de Pudong. Le voyage se passera sans problèmes avec un arrêt dans une aire de service, pour dépenser nos derniers yuans. Voilà, la tournée se termine, nous avons ramené beaucoup de souvenirs, et encore pleins de choses à vous raconter, comme tous les folkloristes avec qui nous sommes partis pour un séjour mémorable.

Josiane et Christian.
Octobre 2010

 

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Français.