Menu


Accueil
Fédération
Provinces
Spectacles
Festivals
Formation
Payse de France
Us et Costumes
Liens


Le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires


Contact

C@urriel

Tél. : 01.42.07.11.00
 

banniere

 Cioff

7th China Huhhot International
Folk Art Festival

nous dit : Hohhot (chinois : 呼和浩特 ; pinyin : Hūhéhàotè), occasionnellement écrit Huhehot, est la capitale de la région autonome de Mongolie-Intérieure de la République populaire de Chine 

efrb 1 
  Participants :
Ensemble Folklorique
de Roissy
en Brie
et
Hora

représentant la Gascogne
 efrb
 efrb 2
 efrb 3
 

La nouvelle tombe : Nous avons la possibilité de postuler pour représenter la France au festival de folklore de Huhehaote (prononcer Rurerote avec un R comme la "jota" Espagnole)… C’est où, ça ??? En CHINE… la capitale de la MONGOLIE INTERIEURE… Soit…

Les danseurs et musiciens ayant déjà vécu une expérience semblable au festival du tourisme de SHANGHAI en 2008 (voir précédent compte-rendu sur le sujet) n’ont qu’une envie : repartir !!! Leur enthousiasme étant communicatif… d’autres ne demandent qu’à rejoindre les "voyageurs". Y’a plus qu’à…

LA MISE EN REPETITION

Avant de nous engager, il nous paraît toutefois capital de connaître le cahier des charges... C’est la moindre des choses…

Les seules infos seront que nous partirons sous mandat de la F.N.F.F. certes, mais aussi du C.I.O.F.F. (Comité International Organisateur des Festivals de Folklore) ; qu’on nous demandera un défilé et des prestations d’environ ½ h… Un peu succinct comme info…

On part donc à la pêche sur Internet… Et… ce qu’on y trouve fait peur… Vraiment !!!

Tout d’abord, le C.I.O.F.F. gère ce qui se fait de mieux dans le folklore mondial, et les exigences en matière de tenue, de prestations, de programme, sont draconiennes. Ceux d’entre nous qui fréquentent les différents festivals d’été en France ont une petite idée de ce qu’on va nous demander… Serons-nous à la hauteur ? Notre modestie naturelle ainsi qu’un certain sens de la réalité nous laisse supposer que non… à moins d’y mettre le prix… A moins de nous en donner les moyens et de travailler, travailler, travailler… Soit.

Ensuite… les photos du festival de Huhehaote trouvées ici et là, sur Internet : Des espaces scéniques grandioses, et un public innombrable…  Classé dans le "top 10" des festivals Chinois… Soit…

Pour le cas ou certains n’auraient été motivés que par la partie touristique, ils prennent brutalement conscience qu’il va falloir "se gagner le bol de riz"… 

Les 4 mois qui vont précéder notre départ vont donc être mis à profit pour concocter  un programme solide et modulable (40 mn ; 17 danses différentes enchaînées sur un rythme soutenu), à raison de 3 répétitions par semaine… jusqu’à saturation…
répétition 1  répétition 2 
 

Un gros souci : La veille du départ, Michelle (musicienne) ne pourra pas partir… Emotionnellement… nous en serons tous bouleversés, et tous nos spectacles lui seront dédiés… Concrètement… nous partirons avec un unique musicien (…juste un peu stressé ?...) En prévision d’un accident (notre expérience de Shanghai porté ses fruits…) un C.D. du programme avait été enregistré…

N.B. : De tous les groupes présents, le nôtre sera le seul qui dansera la totalité de son programme en son direct…

LE VOYAGE – LA REGION

Nous voilà donc gonflés à bloc à Roissy Charles de Gaule où notre voyage commencera par l’arrosage au Champagne du BAC de Florian (notre plus jeune danseur…) et puis, vogue la galère pour 11h d’avion. départ

Une  journée époustouflante de tourisme à Beijing, puis départ en autobus (8 heures) pour Huhehaote.

Ce voyage nous permettra de découvrir un visage de la Chine que nous étions bien loin d’imaginer : Au milieu d’une immense région dépeuplée, une autoroute en construction perpétuelle, des mines de charbon, des centrales thermiques, des champs d’éoliennes, une voie de chemin de fer sur laquelle circulent des trains interminables. Des norias de camions.  Un immense plateau à 1000m d’altitude, des villages dépeuplés en briques de terre crue et torchis, des champs immenses cultivés en petites parcelles, comme des jardins, une reconversion dans la culture du maïs, grâce à de gros efforts d’irrigation. Une capitale (Huhehaote) ultra moderne en construction (très "tape à l’œil"), et en voie de peuplement. La circulation : Des véhicules allant de l’automobile la plus moderne aux charrettes tirées par des ânes en passant par une multitude de triporteurs chargés de marchandises hétéroclites et des vélos électriques qui ont fait l’admiration de nos cyclistes.

Bref, l’impression d’une région très contrastée, qui sort du moyen-âge, qui est en voie de modernisation au prix de très gros efforts, et où tout est en marche vers un nouvel essor touristique et agricole (autour de ses quatre pôles porteurs : l’énergie, les traditions Mongoles, le lait et le maïs).

TOURISME…

N.B. : Nous ne développerons pas ici la partie touristique, toutefois et pour information : en complément de notre "tournée", et sur proposition des organisateurs, nous avons prolongé (à nos frais) notre séjour par deux jours de tourisme à Beijing (Pékin) où nous avons découvert les merveilles de la chine historique : le temple du ciel, les hutongs, le bateau de marbre, la place Tien an Men & la cité interdite, et enfin, la muraille de Chine + un aller en autobus et un retour en train couchette, ma foi, très instructifs. C’était l’indispensable complément à notre aventure humaine vécue lors du festival.


Le groupe à Beijing

nos copines de Hong Kong

nos copines de kong kong & Jakarta

A Huhehaote, le festival a été agrémenté par des visites organisées sur notre temps libre. A savoir : La pagode blanche, le temple des 5 pagodes, le palais, le musée de Mongolie.

Curieux, marrant, impressionnant de finesse, de beauté,  de gigantisme, de raffinement ; culturellement riche et très intéressant.

Au musée, nous nous initierons à l’histoire de la Mongolie, depuis la préhistoire jusqu’aux temps modernes.

Nous ferons également une excursion dans le tout nouveau parc d’attraction Mongol (tout est prêt pour accueillir le touriste) où nous aurons droit à une démonstration de lutte, à un spectacle équestre, à la sieste sous la yourte, mais aussi, à un inoubliable et succulent méchoui Mongol !!!

LA PARTIE ARTISTIQUE

L’ouverture du festival  Rassemblement de tous les groupes devant le stade… Une multitude de participants (400 artistes)… venus de France (…nous…), Roumanie, Slovaquie, Inde (les danseurs de Bollywood), Jakarta, Hong-Kong, Taïwan, Huhehaote, Oulan-Bator, du Japon, et des Seychelles… Un ensemble très coloré, joyeux, festif… Les groupes se découvrent, s’observent du coin de l’œil, et finalement, communiquent, échangent, s’intéressent, plaisantent, se prennent en photo, dansent… Et tant pis (ou tant mieux) si on ne parle pas la même langue… C’est ça, la magie de ces très grands rassemblements internationaux sur un thème porteur…  A méditer.

Nous concernant, nous avons quelques atouts qui aident à communiquer : Avec les Roumains et les Slovaques, nous sommes les seuls Européens présents en ville… (Notre "type occidental" étonne). Nous avons des sabots aux pieds… et nous buvons à la régalade avec nos gourdes… Voilà quelques bonnes entrées en matière. De plus, nos cheveux blancs font contraste avec la jeunesse des deux groupes de Hong-Kong qui se composent de très jeunes filles (- de 15 ans). Le courant de sympathie entre les plus jeunes et les plus vieux sera quasi immédiat, et ces "gamines", ainsi que les jeunes Indonésiennes ne nous lâcheront plus, tant dans nos déplacements que dans nos prestations. Nous aurons avec elles un public acquis et chaleureux…
Discours d’ouverture… impressionnant. Les officiels y vont de leur discours, de leurs congratulations, (le Chinois aime bien les congratulations…) devant un parterre de 400 artistes et un public très nombreux. Suivi de notre première prestation, fort appréciée… (L’ordre alphabétique nous met en 2° position…), puis, défilé (long long long… sous un soleil de plomb) puis deuxième prestation aux pieds de Gengis Khan (… sa statue…)

Les prestations en centre ville

Nous apprenons à 22h que nos 3 passages sur scène ne devront durer que 20 mn… Il nous faut donc improviser dans l’urgence, trancher dans le vif, revoir tous les enchaînements… Cela ne peut se faire sans quelques déceptions, quelques grincements de dents, sans le sentiment d’avoir galéré en répétition pour rien, mais… ça nous échappe… et la réussite est à ce prix : Nous ne garderons que le meilleur, le plus "visuel" et "spectaculaire" (11 danses sur les 17 du départ, et 20 mn au lieu de 40), ce qui en fin de compte donnera une prestation très tonique qui étonnera public et organisateurs...  Les nuits seront très agitées pour trouver les solutions et digérer les amertumes…

Concrètement, les troupes sont réparties en trois groupes qui tourneront et se produiront en différents endroits. Il faudra donc adapter les entrées et sorties aux conditions que nous découvrirons à notre arrivée sur place…

A savoir :

·         une immense "enclume de marbre" sur laquelle tape un soleil de plomb : Quelques danseurs finiront écarlates et en apnée… et n’auront pas à regretter que finalement, notre prestation ne dure que 20 mn…

·          une vieille estrade (trampoline ?) en bois recouverte de moquette : La moquette volera en morceaux et quelques planches ne tiendront pas le choc… Le public était médusé, les organisateurs extrêmement inquiets, quant aux danseurs… RAVIS !!! Quel moment de joie intense !!! A vivre !

·          un théâtre très moderne avec d’excellentes conditions (loges, plancher, sono, éclairage) et… public de connaisseurs (+ "officiels" et les autres groupes). On nous demandera de peaufiner ce dernier passage… On se surpassera… Quel régal !!!

Les conditions difficiles (canicule + estrade branlante) joueront en notre faveur, tant du côté du public que des autres groupes, que des organisateurs (conquis par notre vitalité et notre bonne humeur devant l’adversité)…  Le premier compliment tombe : "Vous devriez apprendre aux autres groupes à s’adapter aux conditions de spectacle… Certains ont refusé de danser à cause du soleil, d’autres ont rechigné pour monter sur cette estrade… Nous avons apprécié votre sérieux en répétition, vos prises rapides de décisions, et puis surtout,  vous vous adaptez à tout et vous gardez toujours votre bonne humeur, malgré les difficultés. Bravo, vous êtes parmi les meilleurs… Vous pouvez revenir quand vous voudrez…». Venant des organisateurs et des représentants du C.I.O.F.F…. ça réchauffe… Même sous la canicule…

Festival de clôture

Une immense estrade… Une multitude de projecteurs… Un public innombrable… des écrans géants… une foule d’artistes émerveillés par le gigantisme du site… des vedettes du show-biz Mongol, tous les officiels, et 5 mn à tenir (le meilleur de notre prestation), + un final avec tous les groupes sur scène devant  un public enthousiaste, chaleureux, qui est venu au contact.

Que du bonheur… Ah !!! Chanter le "SE CANTO" si  loin de chez soi, à la fin de chaque prestation… Nous avions la larme à l’œil, et la fierté d’avoir amené notre modeste formation sur de telles scènes… sans avoir à rougir de la confrontation avec  des groupes prestigieux.

Sur l’air de "Voulez-vous un dernier verre de Rhum ou une dernière cigarette ?", Alain JACOB nous avait donné pour ultime consigne avant d’embarquer : "Surtout, soyez détendus et souriants"… Pari gagné ! Contrat rempli !

Nous aurons apporté la preuve aux dirigeants du CIOFF qu’un groupe résolument TRAD, respectueux des musiques et danses collectées sur le terrain, plus attaché à la transmission d’une culture qu’à la production d’un spectacle purement artistique et visuel peut mettre ses  convictions en valeur et enchaîner des danses de terroir sans engendrer la monotonie.

LES "HONNEURS"

Le Chinois est très sensible aux honneurs… Une réception aura lieu à la Mairie de Huhehaote, où des échanges de politesses et de cadeaux de bienvenue aura lieu… autour d’un cocktail que l’on a supposé bien arrosé, compte tenu de la bonne humeur de notre "Lin Dao" (chief leader) à son retour…

LE SPECTACLE CHINOIS

En marge du festival, nous avons été conviés à assister à un spectacle typiquement Chinois alliant modernité et tradition… donné au "Huhehaote stadium". Nous en retiendrons le gigantisme de la mise en scène, de l’espace scénique et des écrans, la débauche de matériel, mais surtout… le feu d’artifice… Waouuuuuu !!!… Quelle merveille… Nous avons eu l’impression de nous trouver non pas devant un feu d’artifice mais… à l’intérieur !!! Une féérie. Grandiose ! Intérieurement prenant ! Terriblement impressionnant ! Inoubliable. Il faut avoir vécu ça…

LA SECURITE

Notre sécurité sera assurée en permanence par des policiers qui prendront tous les risques pour sécuriser la circulation des convois. Des as de la route dont la technique et l’audace frisent l’acrobatie… Impressionnant !!!  Ils assureront également notre sécurité lors de tous nos déplacements en ville, au milieu de la foule. Etait-ce justifié ? Nous n’avons rencontré de la part du public que des sourires bienveillants et curieux, mais notre sécurité était une priorité pour les organisateurs, et il faut les en remercier.

Nous sympathiserons bien avec nos policiers et gardes du corps…  autour de leur boisson traditionnelle : un alcool de maïs qui n’affiche pas moins de 62°… Dur dur… mais il fallait bien ça pour nous protéger… de la mélancolie…

LES CONSEILS / LES CRITIQUES

De toute expérience, il faut savoir tirer la leçon… Pour le cas ou l’expérience se renouvellerait avec d’autres groupes de la fédération, ou…  vers d’autres destinations…  voilà ce que nous aurions aimé savoir avant de partir, et les difficultés que nous avons rencontrées pour ne l’avoir pas bien maîtrisé sur place.

·         Le cahier des charges… C’est vraiment LE point indispensable à traiter avant le départ (et… avant même le dépôt de candidature…): tant pour la préparation que pour la qualité des prestations que pour la bonne santé (et la bonne humeur) des groupes… L’improvisation et les nécessaires aménagements au pied levé, auront un peu gâché l’ambiance, tant les adaptations et renoncements auront été nombreux... Dommage. Une préparation plus serrée aurait évité des flottements, et permis de focaliser l’énergie sur des détails chorégraphiques plus "pointus".

·         Le matériel : Une malle aurait été la bienvenue pour emmener un supplément de costumes, instruments, et accessoires.

·         Les conditions matérielles sur place : Se retrouver dans un pays étranger sans un sou… avec de réelles difficultés pour trouver un bureau de change, dans la quasi impossibilité d’échanger sa monnaie  pour faire face aux urgences du moment… A prévoir absolument par les accompagnateurs dès la descente d’avion. Cela aura été LE point noir d’une organisation irréprochable par ailleurs.

·         La préalable mise en condition physique de tous les membres du groupe : Il faut savoir que les conditions climatiques, gastronomiques, physiques, morales, sont très dures… Chaleur, humidité, nourriture exotique, répétitions, prestations, nuits courtes, conditions de transport, adaptation à tout… Il faut en être prévenu, conscient, et s’y être préparé. Ce n’est pas QUE du tourisme : Il faut être physiquement "affuté", et être mentalement préparé à TOUT remettre en cause pour réaliser un objectif commun : faire avancer le groupe, et rendre au final une prestation à la hauteur de l’accueil.

EN CONCLUSION

QUE DU BONHEUR !!!

Nous savions avant de partir que nous devrions  "gagner durement notre bol de riz"…

Donc, quelle récompense, le soir de la dernière, de voir (au travers de quelques larmes à l’œil) tous ces sourires épanouis !!! Quelle fierté de pouvoir se dire : «On y est arrivé ! On l’a fait !»…

Et la récompense aura été à la hauteur des efforts accomplis tout au long de la préparation et de notre bonne volonté à nous adapter. Aurait-elle été moins belle si les efforts n’avaient pas été consentis ? Si tout s’était réalisé sur nos petits acquis, sur nos endormissements, sans préparation spécifique,  et dans une illusoire facilité ? A chacun d’en juger... Quoi qu’il en soit, ce bol de riz là aura eu le goût de l’effort et aura été apprécié à sa juste valeur par tous ceux qui auront consenti à "galérer" de bon cœur et pourront se dire : J’Y ETAIS…

Un grand merci à Annie, Brigitte, Christiane, Claudine, Geneviève, Josette, Marie, Marie-Claude, Sonia, Alain, Claude, Florian, Jean-Louis, Laurent, Michel, Thierry et Vincent.… sans oublier Michelle (dont l’absence aura été ô combien présente tout au long de nos prestations…)

ET APRES ???

…Quand est-ce qu’on repart ?

                                                                                  Alain AUDOUY

 

Toute reproduction est interdite sans l'accord de la Fédération Nationale du Folklore Français.
Conception GDB pour la Fédération Nationale du Folklore Français.